Quelle tenue vestimentaire choisir pour un long voyage à vélo ?

Penser que dans certains pays, les vêtements moulants ou trop courts peuvent être mal perçus. Pour bien voyager, ne pas trop se faire remarquer, mieux vaut se renseigner, s’adapter aux coutumes locales…

La tenue doit s’adapter aux coutumes des pays traversés

Pour le haut, encore deux écoles. Le tout coton naturel, souple, se lave bien, ne coûte pas cher, s’achète partout… mais la sueur ne sèche pas vite et, une fois mouillé, le coton, c’est froid. Le tout synthétique en fibres respirantes sèche vite et se lave facilement. À manches longues ou courtes, chaud ou moins chaud, on en trouve tous les prix dans les magasins de vêtements de sport.

Pédaler en conservant son confort

Pour les faciliter, éviter les vêtements moulants. Une ouverture style fermeture à glissière sur le haut du devant du tee-shirt peut être bienvenue (elle se referme facilement à la moindre fraicheur). Une tunique légère à manches longues protège efficacement du soleil brûlant. Attention, un coton trop léger laisse passer les radiations du soleil ! Pensez aux textiles anti-UV pour une bonne protection. En cas de froid, inutile de transporter une polaire très épaisse qui prendra beaucoup de place dans la sacoche du vélo. Un ou deux sous-vêtements respirants, dont un à manches longues, en maille serrée, plus un blouson polaire fine seront plus souples d’usage, moins embarrassants et plus chauds (toujours le principe du multicouche). Si l’air est froid, pour descendre un col, un coupe-vent par-dessus arrangera bien les choses (ou des journaux sous le vêtement). Si l’air est très froid, la veste de pluie style Gore-Tex est indispensable. Reste le choix des couleurs. Sur la route, il faut être visible. Il est recommandé de porter un haut de couleur vive, voire fluorescente. Pour un bivouac sauvage et tranquille, la discrétion est préférable. Aussi, on enfilera une chemise ou une veste sombre pour s’engouffrer dans un chemin ou un bois la recherche d’un lieu tranquille.

Dans le désert à 45° !

Pas de secret, le chèche vous sauvera. Au départ il fait chaud, mais votre transpiration vous rafraîchira par la suite, il évitera de trop vous déshydrater. Lorsque vous serez nez à nez avec une tempête de sable, vous le bénirez !

Quels accessoires emporter lors d’un long périple à vélo ?

Pour le visage : une écharpe de coton peut s’enrouler autour du cou, protéger le visage du sable volant… Une écharpe fermée, de type « snood », permet aussi de se protéger, sans risque de la perdre tout en pédalant. Penser aux lunettes de soleil, qui devront être le plus couvrantes possible. Pour les femmes : il est préférable de porter une brassière de maintien des seins, comme celle utilisée pour l’athlétisme, cela évite bien des douleurs sur les routes ou pistes cahoteuses. Les mains ont besoin d’être protégées. Quand le soleil est bien vif, elles sont toujours sur le guidon et attrapent vite des coups de soleil, la crème ou les gants peuvent alors être utiles.

Le paréo multi-usage

Connaissez-vous un article à mettre dans votre sacoche dont le nombre d’usages est aussi grand qu’est petite la place qu’il y prendra ? Le paréo sera foulard, en pays arabe, et servira autant de jupe pour une soirée qu’à cacher une épaule dénudée. On peut s’y essuyer après un bain inopiné. Drap sur un matelas douteux ou pour une sieste sur le sol, nappe pour le pique-nique, il se transformera au gré du temps en pare-soleil ou en coupe-vent. Fourre-tout au retour du marché, il accueillera aussi bébé si vous avez appris l’art du nœud africain. Tenture pour un soupçon d’intimité, il deviendra indispensable si un rideau de douche est nécessaire. À vous d’en découvrir encore de multiples usages qui enrichiront votre documentation.

Comment affronter le froid à vélo ?

En cas de froid, les gants sont indispensables, la perte de sensations peut rendre le freinage difficile ! Les gants en soie sont efficaces. Il est souvent préférable de mettre plusieurs couches plutôt qu’une grosse paire de gants, qui limite le mouvement des doigts. Pour dormir sous la tente dans les pays nordiques (Islande, Norvège…) ou hors saison on peut utiliser Woolpower Ullfrotté bouclette, génial et tout doux. Pour les chaussettes, prenez en général la marque Falke. Le seul problème, c’est qu’ils s’usent plus vite que les cotons, sauf Woolpower, qui est un mélange.